Profitant de l'engouement pour le vélo au Saguenay

Le projet BIXI pourrait être relancé

Les vélos libre-service BIXI sont disponibles à Montréal... ((Archives))

Agrandir

Les vélos libre-service BIXI sont disponibles à Montréal depuis 2009.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

(Chicoutimi) Le maire Jean Tremblay pourrait relancer le projet d'acquisition de vélos BIXI, mis en veilleuse il y a plusieurs mois.

En mai 2011, le premier magistrat confiait au Progrès-Dimanche qu'il jugeait impensable que la ville qui a donné naissance au BIXI ne possède pas de bicyclettes en libre service. Or, les coûts d'acquisition et les particularités géographiques de la capitale régionale ont refroidi les ardeurs du maire.

Invité à commenter le virage vélo entrepris par l'administration municipale, dans la foulée de l'embauche, par Promotion Saguenay, d'une personne responsable de développer la Véloroute du Saguenay, le premier magistrat s'est toutefois montré ouvert à remettre le dossier au goût du jour.

« Le dossier est toujours là, mais c'est vraiment compliqué. Les BIXI, c'est fait pour prendre à une place et pour laisser ailleurs. Saguenay, c'est grand. D'habitude, les BIXI sont destinés à des grandes villes très urbanisées «, a dit le maire, joint par téléphone alors qu'il s'adonnait à sa séance d'exercice quotidienne. Entre deux bouffées d'air, Jean Tremblay a fait part de son désir de prêcher par l'exemple. On sait que le vélo utilisé par BIXI Montréal est fabriqué par Cycles Devinci, une entreprise saguenéenne.

« Devinci ne nous a jamais mis de pression pour qu'on en achète. On avait tout regardé ça et nos experts ont tout analysé. C'est compliqué et c'est plus cher qu'on pensait. Mais ce serait bon qu'on en reparle. On aime ça quand il y a un engouement «, signale Jean Tremblay, qui attire l'attention sur le fait que la superficie de Saguenay est deux fois et demie plus grande que celle de Montréal.

Peu de demandes

Le maire discute souvent des vélos BIXI avec les membres du conseil. Selon lui, les échevins reçoivent peu de demandes de la part de citoyens qui aimeraient bénéficier de vélos publics. Par contre, Jean Tremblay croit que si un tel service existe, la population de Saguenay pourrait se laisser emporter par la vague BIXI. « Personne ne nous a reproché de ne pas en avoir. Mais au prix que ça coûte, environ 4000 $ par bicyclette, quand on va l'essayer, il va falloir qu'on le garde «, conclut le maire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer