Aigles: un balayage signé Dame Nature

Les Aigles ont été forcés de reporter les... (Photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

Les Aigles ont été forcés de reporter les trois rencontres inaugurales de la fin de semaine.

Photo: Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le pire scénario envisagé par les Aigles pour leur week-end inaugural s'est matérialisé au cours des dernières heures. La pluie accumulée pendant six jours rendant le terrain du stade Fernand-Bédard impraticable, les dirigeants n'ont eu d'autre choix que de reporter les trois rencontres à l'horaire, et ce, en dépit de la fébrilité entourant les débuts locaux de la nouvelle franchise de la Ligue Can-Am.

Le champ droit aura grand besoin de quelques... (Photo: François Gervais) - image 1.0

Agrandir

Le champ droit aura grand besoin de quelques réparations lundi.

Photo: François Gervais

La pluie du week-end a laissé des traces... (Photo: Sylvain Mayer) - image 1.1

Agrandir

La pluie du week-end a laissé des traces sur le terrain.

Photo: Sylvain Mayer

En plus de la déception découlant de cette décision, ce sont tous les employés affiliés à l'équipe qui ont dû composer avec le changement d'horaire... et l'incertitude.

La directrice générale Marie-Christine Boucher l'admet d'emblée, elle est passée par toute la gamme des émotions depuis vendredi midi. «On s'attendait à tout sauf à cela. Ça prend des conditions extrêmes pour annuler un match de baseball, mais là, on parle de trois parties, d'une série complète!»

Pas moins d'une soixantaine de personnes travaillent dans le giron des Aigles Can-Am. Or, le plus difficile a été de contacter tout ce beau monde afin de leur donner l'heure juste. Des partisans se sont également présentés au stade samedi soir pour s'informer. «Mais la majorité des gens savait déjà la nouvelle grâce à notre page Facebook et aux médias. Nous étions aussi en communication constante avec les gens de la ligue et les arbitres.»

Les Bears de Newark, eux, ont été contraints de demeurer à l'hôtel de vendredi à dimanche. Ils ont quitté la région tôt en matinée, dimanche, une fois le report des matchs de l'après-midi confirmé.

Heureux de pouvoir quitter le Québec à une heure décente, ils compatissaient avec la situation des Aigles. «Les Bears ont été bons joueurs, admet Marie-Christine Boucher. Ils ne pouvaient pas s'entraîner à Trois-Rivières, mais comprenaient qu'on ne contrôlait pas notre destin. Les trois matchs que nous devions jouer contre eux auront lieu au stade, lors d'une prochaine visite. Nous allons probablement disputer des programmes doubles pendant quelques soirs.»

Reste que les Bears ont passé deux nuits à l'hôtel, ce qui occasionne des dépenses pour le club des Aigles. Le hic, c'est qu'il n'y a toujours pas d'entrées d'argent... «Comme je l'ai dit, ce n'est pas le scénario qu'on espérait et c'est certain que ça complique un peu notre tâche. Maintenant, on souhaite du beau temps pour le début de la semaine, afin que les gens puissent enfin redécouvrir leur stade.»

Confusion à la billetterie?

Comme ils l'ont fait depuis le premier report, les Aigles s'assurent que les détenteurs de billets de la rencontre du vendredi 24 mai conservent leur siège en priorité. Les spectateurs qui ont des billets pour les matchs du 25 et 26 mai, et pour qui les sièges sont dédoublés, seront relocalisés au meilleur endroit disponible dans le stade. Ceux-ci doivent cependant se présenter à la billetterie.

«Le match le plus populaire aux guichets était celui du 24, c'est là que nous devrons faire notre gros travail de gérance. On pourrait avoir des problèmes quand viendra le temps de relocaliser les gens, mais nous aurons un service d'hôtesses demain soir afin d'aider les gens. Pour ce qui est des détenteurs de billets de saison, ils ne sont pas touchés par la situation.»

Pas comme un vendredi soir

Bien que la partie soit présentée en début de semaine, les Aigles feront tout en leur possible pour attirer le plus de partisans possible au stade demain. Les débuts de l'équipe à domicile coïncideront d'ailleurs avec la première soirée promotionnelle. «Si on marque sept points ou plus, les spectateurs auront des hot-dogs gratuits», rappelle la directrice générale.

«D'un autre côté, ça aurait été bien de pouvoir commencer ça au début de la fin de semaine, mais nous sommes confiants avec la belle température qu'on annonce.»

Bob Bissonnette animera les festivités d'avant-match sur la terrasse dès 16 h. Les joueurs auront ensuite la chance de fraterniser avec les partisans. «Pour Pierre-Luc (Laforest, le gérant), ce geste était significatif et important. On veut remercier nos fans pour leur patience!»

La condition du terrain s'améliore

Si la météo demeure clémente comme on le prévoit aujourd'hui et demain, le terrain sera fin prêt pour accueillir son premier match. Parole de Réal Lajoie, qui suit le dossier de très près.

D'ailleurs, le directeur des opérations du stade, à l'instar de bien des employés et des bénévoles, n'a pas beaucoup dormi ce week-end! «Le terrain commence à s'assécher. S'il ne pleut pas, l'affaire est dans le sac. S'il y a du soleil, ça va aller encore plus vite! Il ne reste que quelques travaux à faire au champ droit et au champ gauche pour égaliser la terre, mais rien de grave qui pourrait compromettre notre premier match.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer