Éric Gauthier, la belle étoile

Victor-Elliott, 8 ans, et Léo-Émile, 4 ans, sont... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Victor-Elliott, 8 ans, et Léo-Émile, 4 ans, sont une source de courage et de réconfort pour Michèle Héon, épouse d'Éric Gauthier qui est décédé du cancer à l'automne dernier. Le responsable du service de garde «le plus dynamique au monde» était un homme très engagé dans son milieu.

Photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Légaré
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Normalement, à cette période-ci de l'année, Éric Gauthier se serait présenté au Défi têtes rasées de Leucan avec son look au poil et un chèque format géant pour la cause des enfants atteints du cancer.

Vendredi après-midi, à l'école primaire Beau-Soleil du secteur Pointe-du-Lac, élèves, parents et membres du personnel auraient aimé le voir apparaître avec son air blagueur. Le connaissant, il aurait ébouriffé au passage des petites têtes impatientes de poser à ses côtés un geste de solidarité envers les moins chanceux qu'eux.

Le responsable du service de garde La belle étoile était absent pour ouvrir la parade du Défi têtes rasées. Ironie du sort, celui que les écoliers appelaient affectueusement Monsieur Éric a été emporté par la maladie qu'il combattait avec et pour les enfants.  

Éric Gauthier a appris qu'il était gravement malade le 8 mai 2012. Il est décédé cinq mois plus tard, le 4 octobre 2012, à 41 ans.

«Il y a quelque chose d'anormal dans tout cela, d'irréel à la limite. Si j'accepte de parler d'Éric, c'est parce qu'il faut que quelque chose de beau, de bon et de positif ressorte de toute cette noirceur, de cette maladie, de cette cochonnerie-là... La mort d'Éric ne peut pas être juste sa mort. Parler de ce qu'il a fait peut en inspirer d'autres.»

Dès le début de l'entrevue, Michèle Héon insiste pour que toute la lumière soit dirigée vers son amoureux des quinze dernières années et père de leurs deux garçons, Victor-Elliot, 8 ans, et Léo-Émile, 4 ans.

À la loterie dont l'enjeu est vital, Éric Gauthier a tiré un très mauvais numéro: cancer du rein métastatique de stade 4. La bête avait eu le temps de marquer dangereusement son territoire, ce qui revient à dire que notre boxeur à ses heures devait encaisser avec l'énergie du désespoir des traitements-chocs qui l'affaiblissaient un peu plus à chaque fois.

«C'est Éric qui a été le plus fort. C'est lui qui a combattu du mieux qu'il a pu. C'est à lui que reviennent tous les honneurs», affirme son épouse avant de faire référence au prix «Généreux» Éric-Gauthier que le Réseau du sport étudiant du Québec vient de créer. Ce prix remercie annuellement un bénévole qui est de la même trempe que son mari: une personne qui ne compte jamais ses heures.

Le nom d'Éric Gauthier sera également associé au 1er Jamboree du RSEQ, le 1er juin, pour les quelque 600 écoliers de la région qui jouent au football grâce au programme mis sur pied par nul autre que lui.

Le Trifluvien originaire de Saint-Raymond-de-Portneuf avait toujours un projet en tête. À l'école Beau-Soleil, son entrain était épidémique. Tu aimerais jouer au basket mon homme? On va créer une équipe. Tu as le goût d'essayer le cheerleading ma belle? On va trouver des filles pour en faire avec toi. Toi, connais-tu le hockey cosom? Non? Tu vas adorer!

Un fort sentiment d'appartenance a pris forme dans cet établissement où le Défi Têtes rasées a créé sa première vague au milieu des années 2000, à l'initiative du motard dans l'âme et tripeux de musique.  

«Éric voulait toujours faire du bien autour de lui», explique Michèle Héon en imaginant celui qui, après avoir boudé le barbier pendant plusieurs semaines, finissait par ressembler à Ti-Mé, le célèbre Pôpa dans La p'tite vie.

Une fois de plus, le responsable du service de garde avait le don de convaincre des collègues masculins, mais avant tout des enfants échevelés d'amasser avec lui des dons pour Leucan, un coco en prime. Parions que lorsque ces jeunes blancs-becs auront quelques poils sur le menton, ils auront une pensée pour Monsieur Éric qui, novembre venu, se laissait pousser la moustache et encourageait ses compagnons de travail à en faire autant. Il était devenu un habitué du «Movember» où des hommes espèrent ainsi sensibiliser la population au cancer de la prostate.

Michèle Héon parle d'une étincelle dans la grisaille pour décrire ce qu'elle ressent aujourd'hui, un peu plus de sept mois après le décès de son complice. L'hommage du RSEQ et la poursuite du Défi têtes rasées à Beau-Soleil lui font dire que le souvenir d'Éric est bien ancré dans le coeur des gens.

«On a vu et on reconnaît tout ce qu'il a fait», résume Mme Héon avant de parler de la décision qu'elle a prise dans les premières heures qui ont suivi le décès de son mari, le 4 octobre, à 20 h 16. Son corps a été confié au laboratoire d'anatomie de l'Université du Québec à Trois-Rivières où il servira à des fins de recherche et/ou, d'enseignement. Pour Michèle Héon, ça allait de soi. Elle parle du geste de générosité ultime d'Éric Gauthier qui poursuit ainsi sa mission.

«Je ne veux pas le savoir six pieds sous terre, ni le voir dans un pot chez nous. Éric n'est plus vivant, mais à quelque part, j'ai l'impression de ressentir une forme de présence», ajoute-t-elle pour expliquer son choix.

Directrice adjointe à l'école secondaire des Pionniers, Michèle Héon retournera au travail à l'automne prochain. Pour le moment, elle apprivoise l'absence d'Éric et chaque étape du deuil.  

La maman prend surtout le temps de bercer ses garçons qui l'apaisent en retour. «Souvent, ils ont été ma bougie. Grâce à eux, j'ai passé des meilleures journées. Je devais me lever et me serrer les coudes!», soutient Michèle Héon qui, entre un sourire et les larmes, aime raconter: «Mes garçons me collent, me disent qu'ils m'aiment et me trouvent belle... En fait, ils font ce qu'Éric pouvait me dire ou faire.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer