Asbestos passe du deuil aux nouveaux défis

Avec l'abandon forcé du projet d'exploitation de la mine souterraine de... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Imacom, Jessica Garneau

Partager

Sur le même thème

Yvan Provencher
La Tribune

(Asbestos) Avec l'abandon forcé du projet d'exploitation de la mine souterraine de chrysotile à Asbestos cet automne, plusieurs travailleurs miniers ont vu leurs plans d'avenir changer brusquement. La perte d'un emploi bien rémunéré et la perspective d'une retraite prématurée avec des ressources financières plus limitées que prévu ont été le propre de plusieurs. Pour d'autres, plus jeunes, un virage s'impose avec la recherche d'un nouvel emploi.

C'est le cas de Réjean Mailhot. À 49 ans, il était le plus jeune superviseur affecté au développement et à la préparation de la mise en opération de la mine souterraine Jeffrey.

« À mon retour à l'emploi en 2006, après une absence de quelques années, je me voyais déjà là pour les 15 prochaines années, soit jusqu'à ma retraite, avec la perspective du développement souterrain qui se pointait. L'annonce de la fermeture l'automne dernier a remis en question tout mon avenir. Ç'a provoqué un deuil indéniable. »

Texte complet dans La Tribune de mercredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer