Le Hamas: «Nous ne sommes pas des tueurs fanatiques»

Le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal,... (PHOTO GIANLUIGI GUERCIA, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, au Caire en Novembre 2012.

PHOTO GIANLUIGI GUERCIA, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse

«Nous ne sommes pas des tueurs fanatiques. Nous ne sommes pas des gens assoiffés de sang. Nous ne sommes pas contre les Israéliens sous prétexte qu'ils ont une foi différente, ou qu'ils sont d'une race différente. Notre problème avec eux, c'est qu'ils occupent notre terre. Quand l'occupation sera terminée, nous oeuvrerons en fonction de nos valeurs et de notre éthique (...) Et ces valeurs sont la démocratie, la justice, les droits de l'homme et le respect de la diversité de notre monde.»

Ces propos sont ceux du chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, qui, malgré ses intentions affichées de ne pas briguer un nouveau mandat à la tête du mouvement islamiste, a été reconduit, le 1er avril, pour quatre nouvelles années à la direction de la branche politique du Hamas, oraganisation considérée comme étant un groupe terroriste notamment par le Canada, les États-Unis, l'UE et Israël.

Dans une entrevue exclusive accordée au magazine américain Foreign Policy, la première depuis sa réélection, M. Mechaal fait le point sur le conflit israélo-palestinien selon le Hamas et explique pourquoi son organisation a décidé en janvier 2012 de rompre avec Damas et Téhéran et de soutenir l'opposition syrienne.

À lire sur slate.fr

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer